Denis Boudreau utilise ça.

Utilise.ca est un regroupement de mini-entrevues avec des geeks francophones qui nous partagent les outils qu’ils utilisent au quotidien pour accomplir leur travail.


Denis Boudreau

Denis Boudreau

Expert en accessibilité du Web

Qui êtes-vous et que faites-vous dans la vie?

Je suis consultant, formateur et conférencier, spécialisé dans le domaine des standards du Web et plus particulièrement ceux qui relèvent de l’accessibilité du Web. Au-delà des outils, je travaille principalement avec des standards, en particulier ceux édictées par le W3C (World Wide Web Consortium).

J’agis à titre de président de la Coopérative de solidarité AccessibilitéWeb, une organisation sans but lucratif qui promeut l’accessibilité du Web pour les personnes handicapées et les populations vieillissantes en favorisant des bonnes pratiques destinées à optimiser à la fois l’expérience utilisateur de tous les internautes et les efforts de conception des producteurs de sites et d’applications Web.

Je suis l’un des principaux rédacteurs du standard gouvernemental québécois SGQRI 008, qui traite d’accessibilité du Web. Je suis aussi membre du HTML-Accessibility TaskForce du W3C, un groupe qui participe au développement de HTML5 et qui veille particulièrement aux aspects liés à l’accessibilité.

Qu’utilisez-vous comme matériel?

Je suis un inconditionnel des produits Apple, malgré une relation amour-haine de plus en plus houleuse avec les orientations stratégiques controversées de son CEO, Steve Jobs. Je travaille avec différents MacBook Pro depuis 2004 : plutôt dur avec mes portables, je passe généralement à travers mes machines en environ deux ans. Fidèle à mes habitudes, je viens d’ailleurs tout juste de changer mon portable pour un MacBook Pro 15″ (2.66GHz Intel Core 2 Duo armé de 4 beaux gros GB de mémoire, un minimum!) il y a quelques mois, suite à un petit incident de carte mère grillée. Avant celui-ci, je travaillais avec un MacBook Pro de 17″ dont je m’ennuie régulièrement de la résolution hallucinante (1920 × 1600) mais non du poids, puisqu’il faisait près de 3 kilos, soit un bon demi-kilo de plus que mon plus récent, ce qui paraît beaucoup quand on se déplace tous les jours avec son portable. Mon premier MacBook Pro était un 15″ et c’est avec lui que j’ai enfin découvert les joies d’un système d’exploitation intuitif et bien pensé : Mac OS X.

Je possède également une série de petits bidules intéressants tels que moniteurs 21″, claviers et souris sans fil, que j’essaie d’utiliser au bureau à chaque fois que je me souviens des notions les plus élémentaires d’ergonomie d’un poste de travail informatique.

Avant tout ça, j’utilisais comme la plupart des gens des portables sous Windows (95, 98, NT4, 2000 et XP). Probablement plus insatisfait que la moyenne, j’ai un jour décidé de faire le grand saut et depuis, je n’ai jamais regretté mon choix, même si je me surprends de plus en plus souvent à reluquer du côté d’Ubuntu (GNU/Linux), qui promet aussi d’être fort intéressant.

J’utilise également un iPhone 3GS au quotidien dont je ne saurais plus me passer et dont j’apprécie constamment les incroyables aptitudes de syncronisation avec mon ordinateur. Je travaille très fort pour repousser l’achat d’un iPad, espérant avoir la discipline d’attendre une ou deux générations avant de m’en procurer un, mais en toute honnêteté, je crois très peu en mes chances de résister plus de quelques mois encore.

Qu’utilisez-vous comme logiciels?

Mis à part le système d’exploitation Mac OS 10.6 (Snow Leopard), compte tenu de mon travail, je dois également fonctionner avec Windows pour utiliser certains outils d’adaptation informatiques, notamment Jaws et NVDA, deux logiciels de lecture d’écran qui permettent de faire des tests fonctionnels d’accessibilité. J’accède donc à Windows 7 par l’intermédiaire de Parallels Desktop 5. Comme je le mentionnais un peu plus tôt, je songe également à utiliser la même méthode pour accéder à Ubuntu éventuellement et découvrir tout le bien qu’en disent certains. Dans le même esprit, j’utilise aussi de plus en plus VoiceOver, intégré à Snow Leopard, et qui permet également la lecture de l’écran.

Mis à part ces outils, mon cœur balance entre OpenOffice 3.0 et Windows Office 2008 pour Mac, que j’utilise tour à tour, en fonction des outils utilisés par ceux avec qui je devrais partager ou livrer mes documents. Fidèle utilisateur de Mozilla Firefox depuis les tous débuts avec Mozilla Phoenix puis ensuite Mozilla Firebird, j’utilise quotidiennement la version 3.6 qui répond à tous mes besoins, malgré une certaine lenteur qui se fait de plus en plus sentir. Toujours à l’affut d’outils plus performants, je regarde sérieusement du côté d’Opera qui est beaucoup plus rapide, mais certaines extensions de Firefox me ramènent constamment au bercail lorsque je fugue de ce côté. Qui sait, peut-être qu’un jour je défroquerai pour de bon!

Le reste du temps, je le passe dans la Creative suite d’Adobe, notamment avec Photoshop, Acrobat et DreamWeaver bien que je ne code presque plus depuis déjà trop d’années. J’utilise aussi iCal, Mail et Achievo pour gérer les activités d’AccessibilitéWeb au quotidien, et Seesmic Desktop sur mon portable pour m’abreuver à la grande rivière Twitter.

Sinon, j’espère également adopter rapidement Opquast Reporting, un outil de mesure de la qualité Web développé par Temesis, une société française très avant-gardiste qui fait dans la qualité Web, la conformité aux standards et l’accessibilité du Web.

Finalement, pour m’en tenir à l’essentiel, je concluerai en disant que j’utilise la plateforme Twitter comme un outil très efficace de veille technologique. La connexion à un réseau de professionels chevronnés en accessibilité du Web est probablement mon meilleur outil et de loin celui qui m’est le plus utile pour demeurer en avant de la vague.

L’unique outil dont vous ne pourriez absolument vous passer, et pourquoi?

Comme mon travail se concentre autour de la connaissance de normes et de standards internationaux, les outils utilisés n’ont peu ou pas d’importance et relèvent beaucoup plus de choix idéologiques qu’autre chose. Cependant, en tant que « Twitteux », à ce jour, l’outil dont je ne pourrais me passer est l’extension « TwitterBar », de Chris Finke, qui permet de diffuser sur Twitter directement à partir de la barre d’URL de Firefox. Le jour où Opera proposera quelque chose de similaire, je devrai reconnaître que ma relation avec Firefox sera en danger.